L’édition de cette année était une nouvelle fois placée sous le signe du progrès technologique et a permis de découvrir la «cyborgisation» de l’être humain. La présentation de Neil Harbisson, le premier cyborg au monde reconnu par un État, en a été un moment phare.

Cyborg Neil Harbisson Volvo Art Session 2019

Cela fait longtemps que les cyborgs, un mélange entre l’homme et la machine, ne sont plus l’apanage des films de science-fiction. Que ce soit au travers de puces électroniques sous la peau ou d’antennes dans la tête, il semble que les possibilités offertes par la technologie moderne soient de plus en plus illimitées. Cette évolution soulève un grand nombre de questions sociales et éthiques. Les principales ont été abordées dans le cadre de la Volvo Art Session de cette année placée sous le slogan «Human meets Digital – High tech under my skin?». Sur scène, le cyborg Neil Harbisson a présenté ses capacités surhumaines, à savoir l’écoute des couleurs, mais a aussi plaidé de façon générale pour une fusion croissante entre l’homme et la technologie.