Refik Anadol

Refik Anadol Volvo Art Session 2019

Lorsque les espaces perdent leurs dimensions et produisent des illusions sensorielles sculpturales, lorsque des vagues d’informations deviennent subitement des images, alors Refik Anadol est au Schiffbau de Zurich.

Les frontières entre le monde numérique et le monde physique deviennent de plus en plus floues. Refik Anadol se consacre à ce thème depuis des années. Né en 1985 à Istanbul, en Turquie, l’artiste appartient à la première génération numérique. Aujourd’hui, Refik Anadol est maître de conférences et chercheur invité au sein du département Design Media Arts de l’université UCLA de Los Angeles, où il vit. Mais Refik Anadol est avant tout un artiste qui fait de la transcendance entre les données et l’illusion un spectacle visuel.

Un art visionnaire

Comment un étudiant turc arrive-t-il à Los Angeles pour y enseigner à l’élite des États-Unis de demain l’avenir des médias? Grâce à un art visionnaire. Après ses études à l’Institut de design de communication visuelle de l’université Bilgi d’Istanbul, Anadol a décroché un diplôme de master. Bourse d’études artistiques en poche, il est parti aux États-Unis. Depuis des années, il séduit le public tant en Orient qu’en Occident avec son interprétation d’une architecture post-numérique.

Refik Anadol travaille dans le domaine de la conception de performances audiovisuelles et de la projection architecturale. En tant qu’artiste audiovisuel, designer et penseur de l’espace, Anadol est fasciné par la manière dont la transformation de l’objet de la culture contemporaine pousse à repenser une nouvelle esthétique, technique et perception dynamique de l’espace. En d’autres termes: comment les données changent-elles la réalité? Pour comprendre l’art de Refik Anadol, il faut l’avoir vu par soi-même.

Refik Anadol Volvo Art Session 2019
Refik Anadol Volvo Art Session 2019

Anadol est en outre un artiste extrêmement sollicité. Un temps fort de son travail de création a été l’illumination de la façade du somptueux Walt Disney Concert Hall à l’occasion du 100e anniversaire de l’orchestre philharmonique de Los Angeles. Il a utilisé pour cela des archives de photos et de films représentant presque 50 téraoctets de données.

Lors de la Volvo Art Session 2019, Refik Anadol présentera une autre de ses œuvres: «Melting Memories» est plus qu’un projet artistique – c’est aussi un objet de recherche. Mais venez plutôt l’admirer vous-mêmes.

Laisser un commentaire