La Volvo Art Session 2019 était une fois de plus placée sous le signe du progrès technologique et s’est penchée sur la «cyborgisation» de l’être humain. Un moment phare de la soirée d’ouverture a été la présentation de Neil Harbisson, le premier cyborg au monde reconnu par un État.

Cela fait longtemps que les cyborgs, un mélange entre l’homme et la machine, ne sont plus l’apanage des films de science-fiction. Que ce soit au travers de puces électroniques sous la peau ou d’antennes dans la tête, il semble que les possibilités offertes par la technologie moderne soient de plus en plus illimitées.

Volvo Art Session 2019
Neil Harbisson a présenté ses capacités surhumaines et a discuté avec le futuriste Gerd Leonhard du potentiel et des risques liés à la fusion de l’homme et de la machine.

Les invités à la première ont en outre pu découvrir l’art numérique fascinant de l’artiste de renommée internationale Refik Anadol ainsi que l’installation SKALAR du concepteur lumière Christopher Bauder, réalisée en collaboration avec le génie techno Kangding Ray.

Volvo Art Session 2019

Das war die Volvo Art Session 2019
«La soirée d’ouverture fut passionnante et inspirante», s’est réjouie Natalie Roby, Managing Director de Volvo Suisse. «Le débat autour du thème “L’homme et la numérisation” a pu encore être approfondi. Même si les avis de Neil Harbisson sur le thème des “cyborgs” me fascinent, je suis aussi d’accord avec Gerd Leonhard: l’homme devrait tirer profit de la technologie, mais aussi définir les limites de son évolution. En effet, l’homme doit rester au centre. C’est aussi notre maxime chez Volvo. Nous voulons utiliser les nouvelles technologies uniquement lorsqu’elles rendent notre vie plus facile, meilleure et plus sûre.»

Volvo Art Session 2019